Séropositive, la proie facile

 

Les jeunes filles séropositives deviennent les nouvelles maîtresses des responsables des structures de lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST). La lutte contre le sida, le soutien et l’aide médicale apportés aux personnes vivantes avec le VIH sida sont devenus une affaire des gouvernants, des organisations , des associations et des particuliers.

Dans ce méli-mélo il y a des structures qui font du commerce avec les malades et au sein desquelles se trouvent des obsédés sexuels. Le détournement des fonds n’est pas l’apanage de ces structures c’est un problème d’ordre général, un autre virus dangereux. Le phénomène inquiétant c’est l’attitude scandaleuse de certains agents ou responsables qui abusent de la fragilité mentale des jeunes filles infectées. Ces individus en contact permanemment  avec ces dames pour les suivre médicalement et les aider à surmonter leur nouveau statut sérologique entretiennent des relations sexuelles avec ces dernières. Une demoiselle  avoue à une de ses amies  qu’un indélicat  n’a pas utilisé le préservatif  lors de leur relation et qu’elles sont souvent sollicitées à des fêtes qui en réalité sont des occasions pour les séduire. Ces agissements sont faits à dessein pour tirer profit du désespoir des filles séropositives. C’est un phénomène en vigueur dans notre pays et certains responsables ont régulièrement cette information pourtant ne réagissent pas.