Forum des paysans sans la documentation

Le grand labourage des paysans togolais se fera sous une grande chaleur en absence de toute l’expertise des ingénieurs togolais. Le forum se tiendra du 24 au 26 février prochain à Dapaong (ville située à l’extrême Nord  du Togo à plus de 6OOkm de Lomé). C’est le troisième comice après celui de Kara et de Kpalimé.

 


A part quelques bureaucrates ingénieurs des organismes d’Etat qui seront présents à ce rassemblement d’échange entre les agriculteurs et leur ministère de tutelle, la quintessence de cette belle initiative manquera au rendez-vous.


Les deux dernières éditions de ce forum ont été caractérisées par l’alternance des ateliers, des prises de décisions, des remises d’outils agricoles. La promesse au visage électoral se porte toujours sur la diminution du coût de l’engrais et de la fierté du ministère sur les bonnes récoltes en particulier du maïs peut être et les autres céréales ? Leur satisfaction est contrariée par la réalité du  marché par ailleurs, pourquoi ce département n’envisage pas d’autres cultures et d’autres formes ou techniques d’agriculture.


Les oracles ici les ingénieurs agronomes, le Togo en dispose énormément et à chaque année académique la faculté d’agronomie forme des ingénieurs qui  réalisent des documents scientifiques disponibles dans les bibliothèques de leur faculté et de l’université. Ces travaux scientifiques sont faits dans le contexte national.


La faculté d’agronomie existe sur le campus depuis plus de deux décennies et pendant tout ce temps plusieurs mémoires et thèses portant sur l’agriculture togolaise ont été traités. Le moment est venu pour que ces documents soient dépoussiérés et lus pour voir s’ils n’ont pas prédit des problèmes et des solutions à long terme se rapportant à notre agriculture. C’est l’Etat qui investit et pourquoi le ministère se prive de ces têtes bien faites et pleines.


Par ailleurs, les étudiants en dernière année d’ingénierie devraient être invités à ce genre de rassemblement pour qu’ils apprécient et réfléchissent sur le développement de l’agriculture. Le ministère de l’enseignement supérieur en collaboration avec son collègue de l’agriculture devraient amener les étudiants agronomes à produire des documents scientifiques sur l’agriculture de leur localité cela permettra de développer ce secteur. C’est aussi un moyen d’éloigner ces étudiants du chômage pour qu’ils ne deviennent pas des professeurs de science de la vie et de la terre ou de physique ou de mathématique dans le secondaire.


Le Togo n’étant pas un pays industrialisé, l’agriculture est devenue une priorité pour les gouvernants c’est une bonne initiative mais elle doit se faire avec les recherches scientifiques et l’expertise des spécialistes du domaine.