Brèves
Menace pour YouTube ? Facebook lance Watch, un espace pour les vidéos Google lance Gradient Ventures, un fonds de capital-risque axé sur l'IA Le Maroc va accueillir la plus grande usine de dessalement au monde Yahoo s’imagine écouter ce que vous dites dans la rue pour afficher des pubs L’Allemagne veut que 100 % des voitures vendues soient électriques en 2030 L’adieu au laptop : le prochain Dell XPS 13 devrait être un PC hybride 2-en-1 La Chine expérimente les séjours spatiaux plus longs Trente pays ont ratifié la Charte de Lomé sur la sécurité maritime Un bug sur FIFA Ultimate Team gâcherait le jeu depuis 7 ans L’Inde impose un « bouton de secours » sur tous les mobiles à partir de 2017

Le professeur Gnon Baba, responsable du Laboratoire d'Assainissement, Sciences de l'Eau et Environnement (LASEE) et ses ingénieurs ont formé une cinquantaine d’agriculteurs et de maraîchers de la banlieue Est de Lomé (Kégué) ce vendredi sur la fabrication du compost, son utilisation est ses avantages.

Les formateurs ont montré aux bénéficiaires comment fabriquer le compost à partir des déchets domestiques et des résidus champêtres. Ensuite ils ont énuméré les avantages de cet intrant à savoir la protection et l’enrichissement du sol et les bienfaits pour le consommateur.

Cet intrant naturel s’utilise par épandage  et sur toute la surface cultivée en ce qui concerne les cultures maraîchères. Dans ce dernier cas, le maraîcher n’a pas besoin de mettre l’intrant à la nouvelle saison car son effet demeure. La production de cet intrant s’étend de trois à six mois selon les composants.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF) dénommé « Externalités négatives de l’intensification des sols cultivés en milieu périurbain : méthodes et outils d’évaluation et pratiques alternatives ». Le projet a démarré en novembre 2012 pour s’achever en septembre 2016. Notons que la même formation s’est déroulée à Kara au début de ce mois.

 

Pour exécuter ce projet, le Laboratoire a mené une enquête qui lui a permis de savoir quels intrants sont utilisés, la production agricole dans les zones ciblées pour le projet. Ensuite, les responsables ont échangé avec les services intervenant dans l’assainissement, l’agriculture, la communication et les agriculteurs au sein d’une plate-forme pour la réussite du projet. 

Dernières publications

  • Souvenir de Nouna (Burkina)
    Souvenir de Nouna (Burkina)
  • Le président de la presse togolaise donneur de sang
    Le président de la presse togolaise donneur de sang
  • Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
    Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
  • La  Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
    La Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
  • Elle veut ses images malgré la menace
    Elle veut ses images malgré la menace
  • A retrouver dans un musée privé de Lomé
    A retrouver dans un musée privé de Lomé
  • Une vue partielle de Lomé
    Une vue partielle de Lomé