Brèves
Yahoo s’imagine écouter ce que vous dites dans la rue pour afficher des pubs L’Allemagne veut que 100 % des voitures vendues soient électriques en 2030 L’adieu au laptop : le prochain Dell XPS 13 devrait être un PC hybride 2-en-1 La Chine expérimente les séjours spatiaux plus longs Trente pays ont ratifié la Charte de Lomé sur la sécurité maritime Un bug sur FIFA Ultimate Team gâcherait le jeu depuis 7 ans L’Inde impose un « bouton de secours » sur tous les mobiles à partir de 2017 Viber active le chiffrement de bout en bout pour tout le monde Apple a un brevet sur la censure automatisée des chansons écoutées Déserté par les joueurs, Titan Fall fait maintenant partie d’Origin Access

 

Le Togo n’est pas épargné par le trafic international de la faune et de la flore depuis plusieurs années. Selon une étude publiée au début de cette année par l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE) du Togo, 17 trafiquants  ont été arrêtés en 13 opérations réalisées et 13 autres condamnés pour trafic illicite d'espèces sauvages protégées au cours de l'année 2016.

Le Togo est devenu malgré lui, un pays de transit important de l’ivoire mais aussi de perroquets, de reptiles et même de cornes de rhinocéros. L’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement a investigué. Sur 279 enquêtes et elle a identifié 170 trafiquants dans trois des cinq régions du Togo, celle des savanes, centrale et maritime. Les principales pistes de ces 279 missions d'investigations ont conduit à la réalisation de 13 opérations. Plusieurs sérieuses pistes sont en cours d'exploration pour d'éventuelles opérations en 2017.

En 2016,  36,80%  de trafiquants ont été identifiés. 13 opérations d'arrestations ont été réalisées et ont permis d'arrêter 17 trafiquants de différentes nationalités. Dix des 17 trafiquants arrêtés sont des trafiquants d'ivoire. Aucun cas de trafiquant en fuite n'a été enregistré au cours de ces 13 opérations.

Au total 164,2 Kg d'ivoire + 03 défenses d'éléphant + 4 objets d'art en ivoire, 1 peau de léopard, 12 dents, 04 têtes et de 15 ossements d'hippopotame, 79,20 Kg d'ailerons de requin, 39 kg de viande de tortue marine, 3 carapaces de tortue marine et 7 Kg d'écailles de pangolin, 26 tortues terrestres vivantes ont été saisis dans le cadre des 13 opérations réalisées.

Répartition des trafiquants arrêtés selon le type de produits en leur possession

Type de produits

Effectif

Fréquence

Ivoire

10

58,82%

Peaux de Léopard

1

5,88%

Ailerons de requin

1

5,88%

Ecailles de Pangolin

1

5,88%

Spécimens de tortue marine

2

11,76%

Trophées d'hippopotame

2

11,76%

Total

17

100%

 

La  réussite de ces opérations ont été le fruit des missions conjointes entre l'équipe du projet Trafic des espèces de Faune et Flore (TALFF) et l'Office Central de Répression du Trafic Illicite des Drogues et du Blanchiment (OCRTIDB), la Police Judiciaire et la Gendarmerie Nationale.

Les cas jugés

Neuf audiences se sont déroulées au cours de l'année 2016 soit40, 00%  de trafiquants jugés et condamnés pour 3,33% de trafiquants jugés et déclarés non coupables, 26,6% relaxés. Ainsi 12 grands trafiquants d'ivoire ont été condamnés à des peines d'emprisonnement et d'amendes. La peine maximale prononcée courant 2016 est de douze (12) mois de prison et 1 500 000 F CFA d'amendes prononcée par les tribunaux de première instance d'Aného et de Dapaong. Huit (08) autres ont été relaxés par les forces de l'ordre et/ou les parquets et un (01) jugé et déclaré non coupable. De même, cinq (05) fichiers ETIS et un (01) fichier ECOMESSAGE ont été élaborés et envoyés respectivement au Secrétariat CITES du Togo et au point focal INTERPOL de Lomé.

 

 

Déjà  en novembre 2015, 13 trafiquants ont été jugés  dont 4 ont été arrêtés à Sokodé et incarcérés dans la maison d'arrêt de Sokodé.

Les mesures dissuasives

La loi No 2008-005 portant loi-cadre sur l’environnement, dans sa section intitulée  ‘la protection de la faune et de la flore’, l’exploitation, la commercialisation et l’exportation de ces espèces animales et végétales protégées sont réglementées. L’utilisation des espèces animales et végétales protégées pour les besoins de la recherche scientifique est soumise à autorisation préalable du ministre chargé de l’environnement. Il est institué un cadre normalisé de gestion des aires protégées.

Le Togo a une couverture forestière de 24,4% selon le récent inventaire forestier national de la GIZ. La diversité biologique renferme en plus des biotopes, la diversité végétale et animale dont le recensement à ce jour est estimé à 3428 espèces végétales environ 3855 espèces de la faune.

 

@tigossouelom

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernières publications

  • Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
    Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
  • Coopération ALLEMAGNE-TOGO
    Coopération ALLEMAGNE-TOGO
  • Nouvelle aérogare de Lomé
    Nouvelle aérogare de Lomé
  • Le visage de l'arbitrage féminin togolais
    Le visage de l'arbitrage féminin togolais
  • Souvenir de Nouna (Burkina)
    Souvenir de Nouna (Burkina)
  • Le président de la presse togolaise donneur de sang
    Le président de la presse togolaise donneur de sang
  • Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
    Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
  • Les  sept (7) membres de  la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
    Les sept (7) membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
  • La  Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
    La Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)