Brèves
Menace pour YouTube ? Facebook lance Watch, un espace pour les vidéos Google lance Gradient Ventures, un fonds de capital-risque axé sur l'IA Le Maroc va accueillir la plus grande usine de dessalement au monde Yahoo s’imagine écouter ce que vous dites dans la rue pour afficher des pubs L’Allemagne veut que 100 % des voitures vendues soient électriques en 2030 L’adieu au laptop : le prochain Dell XPS 13 devrait être un PC hybride 2-en-1 La Chine expérimente les séjours spatiaux plus longs Trente pays ont ratifié la Charte de Lomé sur la sécurité maritime Un bug sur FIFA Ultimate Team gâcherait le jeu depuis 7 ans L’Inde impose un « bouton de secours » sur tous les mobiles à partir de 2017

Le ministère  en charge de l’agriculture  et de l’élevage a sensibilisé une trentaine d’éleveurs, vétérinaires et d’agents  forestiers de la région des plateaux sur leur implication  dans la mise en œuvre  du projet et de recueillir  des informations et données  sur les principaux  points critiques du fonctionnement du Réseau d’Epidémio-surveillance   des Maladies  Animales épidémiologique du Togo (REMATO). 

Cette formation qui s’est déroulée le 16 août passé à Atakpamé s’inscrit  dans le cadre  du projet de renforcement de capacité de surveillance épidémiologique du Réseau.  

Le consultant en épidémiologie, Dr Adomefa Kossi , a fait savoir que l’élevage représente  26%  du Produit Intérieur Brut  Agricole  (PIBA)  du Togo  et contribue de ce fait à l’économie  du Togo, malheureusement ce sous-secteur est caractérisé par un faible niveau technique, un faible taux d’équipement, une faible maîtrise par les éleveurs des paramètres zootechniques  du secteur fortement sujet aux épizooties. Pour lui, l’une des  principales contraintes dans la plupart des élevages est que les animaux sont exposés aux épizooties.

Pour le directeur  régional de l’agriculture de l’élevage et de la pèche plateaux  Batchassi Claude, la lutte  contre ces maladies animales essentiellement transfrontières devrait permettre la levée des principales contraintes liées aux faibles taux de croissance du PIBA.

 

 

Dernières publications

  • Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
    Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
  • Coopération ALLEMAGNE-TOGO
    Coopération ALLEMAGNE-TOGO
  • Nouvelle aérogare de Lomé
    Nouvelle aérogare de Lomé
  • Le visage de l'arbitrage féminin togolais
    Le visage de l'arbitrage féminin togolais
  • Souvenir de Nouna (Burkina)
    Souvenir de Nouna (Burkina)
  • Le président de la presse togolaise donneur de sang
    Le président de la presse togolaise donneur de sang
  • Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
    Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
  • Les  sept (7) membres de  la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
    Les sept (7) membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
  • La  Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
    La Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)