Brèves
Menace pour YouTube ? Facebook lance Watch, un espace pour les vidéos Google lance Gradient Ventures, un fonds de capital-risque axé sur l'IA Le Maroc va accueillir la plus grande usine de dessalement au monde Yahoo s’imagine écouter ce que vous dites dans la rue pour afficher des pubs L’Allemagne veut que 100 % des voitures vendues soient électriques en 2030 L’adieu au laptop : le prochain Dell XPS 13 devrait être un PC hybride 2-en-1 La Chine expérimente les séjours spatiaux plus longs Trente pays ont ratifié la Charte de Lomé sur la sécurité maritime Un bug sur FIFA Ultimate Team gâcherait le jeu depuis 7 ans L’Inde impose un « bouton de secours » sur tous les mobiles à partir de 2017

Les mots sont de Vanja Vanagic, commentant sur les obligations administratives que les migrants en Europe en général et à Malte en particulier doivent remplir pour accéder à un statut légal.

Sa spécialisation dans les dépendances aux drogues et à l'alcool lui a ouvert les portes d'un monde marginal : celui de milliers de migrants Africains réduits à noyer leurs nombreux soucis dans les vapeurs qu'offre Bacchus ou dans le monde plein de fantaisie de la Marijuana.

Son ONG Peace and Good Foundation veut apporter une solution à un dangereux fléau qui est la conséquence de l'anxiété.

 

« Les gens sont anxieux au sujet des papiers», dit-elle, «mais cela va plus loin que ça. Il y a le fait que personne ne prend vraiment soin d'eux émotionnellement à leur arrivée. Ce manque de soutien moral, loin de l’environnement familial, multiplié par l'aspect économique inquiétant avec les loyers toujours plus hauts, les différences culturelles et linguistiques, le manque de compétences intellectuelles selon le paradigme européen, le manque d'éducation de base pour certains, synonyme de non-compétitivité sur le marché du travail, la famille exigeante à satisfaire en Afrique...L'absence d'un portail officiel amical où pouvoir exprimer ses peurs, Tout cela crée un e massive insécurité et une chute, sinon la perte totale de toute estime de soi, même des pierres se briseraient sous de telles conditions.»

 

De nationalité Serbe, Vanja Vajagic arrive à Malte en 2014 après son diplôme universitaire et décide de rester, car Malte est alors avec l'Italie la principale porte d'entrée des migrants venus d'Afrique. Elle commencer par seconder des Religieux franciscains impliqués dans l'aide spirituelle à des Chrétiens Coptes d’Érythrée qui profitent de la compassion des prêtres pour s’épancher.

De cette expérience va naître sa décision de créer un support professionnel, mais surtout humanitaire, indispensable pour les personnes vulnérables.

 

A ce micro, elle révèle que beaucoup de migrants de toutes les origines ne réussissent pas à développer un mécanisme de défense contre les précarités et se retrouvent à la merci des dépendances.

« Une fois pris le premier verre ou tiré la première bouffée, la tentation d'un second est forte, l'euphorie qui s’ensuit est reposante, elle éloigne de l'inquiétude, elle éloigne de la peur, de la honte. »

 

Cependant certains groupes de migrants pourraient être plus à risque que d'autres. Elle cite l'exemple des Érythréens qui « viennent d'une culture de soumission et qui ne savent pas se rebeller devant les abus, à la différence des Nigérians par exemple qui sont plus combatifs. »

Cependant cette soumission peut se transformer en avantage quand elle permet d'amortir des chocs causés par des conflits perdus d'avance.

Cela arrive souvent sous la forme des décision gouvernementales, comme celle prise récemment par les autorités ordonnant la suppression de la protection humanitaire pour environ 1300 migrants venus d’Afrique, une nouvelle qui avait plongé ces derniers dans l'angoisse.

Rappelons que Malte assure la présidence tournante de l'union européenne depuis le début de cette année. Lors de son discours inaugural, son Premier ministre Joseph Muscat avait clairement exposé sa volonté de durcir les conditions de l'immigration.

 

Dépendance à l'alcool et aux drogues: qui est responsable?

 

D’après notre invitée, le gouvernement n'est pas prêt à reconnaître sa responsabilité dans les cas de détresse mentale des migrants car il exige des preuves de la bonne santé de ceux-ci avant leur arrivée dans le pays. Ces preuves, difficile, voire impossible à fournir doivent être constituées de documents médicaux provenant des pays d'origine des migrants.

 

La solution préconisée et la raison d'être de l'ONG est d'encourager les migrants à se donner une chance de survie dans une société du diplôme et de l'individualisme.

« J'enrage de voir un jeune qui parle quatre langues être maçon précaire dans un chantier de construction» dit-elle « Mon but est de leur expliquer que seule l’éducation leur redonnera la confiance en soi perdue. Grâce à l’éducation, ils cesseront d'avoir peur de leurs congénères européens qui parlent avec assurance et autorité, avec une bonne éducation, ils auront appris un métier et posséderont un diplôme maltais reconnu par les autorités. Avec les fruits de l'éducation, ils seront capable de se représenter valablement dans la société et battre le racisme. Grâce à l'éducation, ils pourront mieux aider leurs familles en Afrique.»

 

Riche de son statut d' « immigré de l'Est » ayant combattu pour s'imposer, Vanja vajacic s'insurge contre le victimisme.

 

« Avant de demander à être aimé par les Maltais, que fais-tu toi pour leur exprimer l'amour que tu as pour eux? Que sais-tu de leur culture? Sais-tu comment ils s'habillent pour aller à un funéraille? Connais-tu la formule de salutation réservée aux invités ? Sais-tu quel cadeaux apporter en cas d'invitation par une famille maltaise ? Cuisines-tu des plats traditionnels maltais? As-tu réellement essayé de créer une relation avec un maltais ? Les réponses à ces questions sont déterminantes pour le migrant qui accuse sans se remettre en question. »

 

l'assistanat dépouille de la capacité à se valoriser

 

Le mixage de culture est un challenge qui vaut la peine d'être relevé, dit-elle, « j'encourage quiconque intéressé par le thème de l’intégration à lire Pierre Erny, auteur du roman "The child and his environment in black Africa." C'est un roman qui m'a permis de comprendre la profonde relation qui existe entre un enfant né en Afrique et son comportement plus tard dans une société occidentale. J'encourage les migrants et le gouvernement à travailler ensemble pour le bien-être commun. Les portes de Peace and Good foundation sont ouvertes à tous ces migrants souffrant d'inconfort, de complexe d'infériorité et ayant perdu leur amour propre. Je les encourage à fuir l'assistanat et à se battre plus dur pour regagner leur estime. Mon expertise est offerte à ceux qui ont hélas cédé aux dépendances.

 

 

 

 

Dernières publications

  • Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
    Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
  • Coopération ALLEMAGNE-TOGO
    Coopération ALLEMAGNE-TOGO
  • Nouvelle aérogare de Lomé
    Nouvelle aérogare de Lomé
  • Le visage de l'arbitrage féminin togolais
    Le visage de l'arbitrage féminin togolais
  • Souvenir de Nouna (Burkina)
    Souvenir de Nouna (Burkina)
  • Le président de la presse togolaise donneur de sang
    Le président de la presse togolaise donneur de sang
  • Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
    Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
  • Les  sept (7) membres de  la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
    Les sept (7) membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
  • La  Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
    La Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)