Brèves
Yahoo s’imagine écouter ce que vous dites dans la rue pour afficher des pubs L’Allemagne veut que 100 % des voitures vendues soient électriques en 2030 L’adieu au laptop : le prochain Dell XPS 13 devrait être un PC hybride 2-en-1 La Chine expérimente les séjours spatiaux plus longs Trente pays ont ratifié la Charte de Lomé sur la sécurité maritime Un bug sur FIFA Ultimate Team gâcherait le jeu depuis 7 ans L’Inde impose un « bouton de secours » sur tous les mobiles à partir de 2017 Viber active le chiffrement de bout en bout pour tout le monde Apple a un brevet sur la censure automatisée des chansons écoutées Déserté par les joueurs, Titan Fall fait maintenant partie d’Origin Access

Non, l’Afrique n'est pas un pays. C'est un continent composé d'environ 54 pays - certains plus ou moins, d'autres profondément - différents les uns des autres.

Plus ou moins à cause de la division coloniale arbitraire de ses frontières qui coupa des villages en deux, divisant brutalement des familles.

Au fil du temps, certains de ces villages sont devenus étrangers les uns des autres, bien que parlant toujours la même langue.

C'est le cas du Cameroun et du Gabon. A Ambam, une ville située dans l’Extrême Sud du Cameroun, la langue parlée est le Fang. La même langue est parlée de l'autre côté de la frontière, à Bitam, une ville située au Gabon.

Cependant, le côté gabonais a la réputation d’être extrêmement hostile à ses «cousins » camerounais, car ses derniers traversent la frontière en masse tous les jours, soit pour affaires, mais surtout avec l'intention de s'installer dans le pays qui a la réputation d'être le plus riche de la zone CEMAC. (Zone économique de la sous-région composée de 6 pays).

Les différents groupes formés par les Africains de la diaspora reflètent la réalité des différences culturelles qui existent dans le continent. Leur but est de créer une atmosphère familiale distincte, capable de satisfaire ce besoin d’appartenance commun à tous les hommes.

A Malte, la communauté Soudanaise est une ONG officiellement reconnue par les autorités. Elle propose à ses membres un cadre physique pour des réunions familiales et fraternelles.

A côté, il existe aussi une communauté nigériane, une communauté érythréenne, une communauté ghanéenne...Toutes avec les même objectifs, à savoir, donner vie à un espace de rencontres ponctuelles, où il est possible d’échanger sur les multiples défis sociaux, économiques et politiques de la vie d'immigrés.
Ces rencontres communautaires, appelés njangi ici ou mkutano là, se déroulent chacune selon leurs rites particuliers, avec leur langue particulière, avec leur cuisine, danse et musique particulières.

Existe-t-il quelque chose de commun aux Africains qui pourrait faire de leur continent un pays ? Peut être, si l'on considère que le couscous, ou foufou à Lomé et vouvou à Yaoundé, est un plat consommé par presque toute sa population.

 

Régine Dang Psaila

Dernières publications

  • Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
    Exposition de l'oeuvre ''Allemagne en valise''
  • Coopération ALLEMAGNE-TOGO
    Coopération ALLEMAGNE-TOGO
  • Nouvelle aérogare de Lomé
    Nouvelle aérogare de Lomé
  • Le visage de l'arbitrage féminin togolais
    Le visage de l'arbitrage féminin togolais
  • Souvenir de Nouna (Burkina)
    Souvenir de Nouna (Burkina)
  • Le président de la presse togolaise donneur de sang
    Le président de la presse togolaise donneur de sang
  • Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
    Un forage de 6 mètres au cimetière pour arroser des légumes
  • Les  sept (7) membres de  la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
    Les sept (7) membres de la Haute autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées
  • La  Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)
    La Banque Mondiale finance le Centre d’Excellence Régional en Science Aviaire (CERSA)